Rechercher sur le site

Voeu relatif au devenir de la parcelle du 37 rue Bisson/48 rue Ramponeau

Conseil de Paris des 28, 29 ,30 septembre 2015

Déposé par Jérôme Gleizes, David Belliard, Anne Souyris, Nicolas Bonnet-
Oulaldj, Raphaëlle Primet, Jean Noel Aqua et les élu-es du groupe écologiste
de Paris (GEP) et du groupe communiste-Front de Gauche

Considérant le voeu adopté lors de la séance du conseil de Paris de juillet 2015 qui appelait à une concertation étroite entre élus, associations, entreprises et habitant-e-s du quartier pour mener une réflexion sur le devenir d’une partie de la parcelle du 48 rue Ramponeau ;
Considérant qu’à ce stade, la concertation avec la population ne s’est pas pleinement déployée hormis l’audition tardive de l’Association Collectif Ramponeau, de la société Grésillon et des promoteurs du projet hôtelier ;
Considérant que durant cette audition, l’Association collectif Ramponeau, qui regroupe des habitants, des artisans, artistes, associations pour la défense de l’artisanat au 48 ramponeau et à Belleville a présenté des réserves argumentées sur le projet hôtelier ;
Considérant que la cour concernée, d’un point de vue urbain, architectural et de mixité fonctionnelle et de mixité sociale, constitue à la fois un témoin actif du tissu urbain historique de Belleville et un équilibre fragile à préserver ;
Considérant que le 48, rue de Ramponeau est un lieu témoin de l’histoire du quartier de Belleville, marqué par les révoltes ouvrières du 19e siècle, la Résistance à l’occupant pendant la 2ème guerre mondiale ou encore l’opposition locale contre la politique de destruction urbaine de la période Chirac/Tiberi/Bariani avec notamment la création des Ateliers d’Artistes de Belleville en 1989 ;
Considérant que la cour est occupée à rez-de-chaussée par de nombreux ateliers d’artistes et que des synergies fortes se sont nouées entre les artistes et l’entreprise ;
Considérant l’importance de préserver et de maintenir dans Paris l’activité de la métallerie Grésillon, qu’elle se poursuive sur place ou dans un autre lieu ;
Considérant le rapport de la MIE « Fabriquer à Paris pour relever les défis sociaux et
environnementaux » qui porte une attention particulière au maintien des activités artisanales existantes et au développement des nouvelles formes d’industrie ;
Considérant que ce rapport émet un certain nombre de préconisations liées à la procédure en cours de modification du PLU telles que la reconquête « des espaces au bénéfice d’activité de production dans Paris » ou l’utilisation des réserves foncières appartenant à la Ville de Paris à des fins d’implantation d’activités de fabrication artisanale ou industrielle ;
Considérant que le projet hôtelier des promoteurs ne répond pas à ces enjeux ;
Considérant la position de la Mairie du 20e arrondissement, exprimée lors du conseil
d’arrondissement du 15 septembre 2015, qui souhaite abandonner le projet hôtelier ;
Sur proposition de Jérôme Gleizes, David Belliard, Anne Souyris, Nicolas Bonnet-Oulaldj, Raphaëlle Primet, Jean Noel Aqua et les élu-es du groupe groupe écologiste de Paris et du groupe communiste-Front de Gauche, le Conseil de Paris émet le voeu :
· le projet hôtelier soit abandonné, comme s’y est engagé la Mairie du 20e ;
· Que la Mairie du 20e, , l’hôtel de Ville et la SEMAEST organisent une large concertation regroupant élu-e-s, associations, entreprises et habitants dans les plus brefs délais, dans le cadre de la mise en oeuvre du voeu voté au Conseil de Paris de juillet 2015,pour bâtir un projet respectueux de l’histoire et de l’esthétique du quartier et garantissant le maintien d’une mixité des activités notamment industrielles et artisanales ;
· Qu’un nouveau projet, en partie porté par un investisseur public tel que la RIVP, puisse être élaboré sur la base des conclusions de cette concertation et en accord avec les objectifs de la Ville concernant le développement de projets innovants et relevant de l’économie circulaire ;
· Qu’en toute hypothèse, la Ville de Paris soutienne et accompagne la société Grésillon afin d’en préserver l’activité économique dans Paris.
· Que la situation de l’atelier de Mehdi Hachem soit pérennisée ;