Rechercher sur le site

Vœu relatif à la répression syndicale et aux conditions de travail à la Poste

Vœu présenté par Hélène Bidard, Emmanuelle Becker et les élus du Groupe Communiste et élus du Parti de Gauche relatif à la répression syndicale et aux conditions de travail à la Poste.

Considérant que le climat au sein du Bureau de distribution postal de Paris 11, rue Bréguet ne cesse de se dégrader ;

Considérant qu’après le licenciement de Christophe DARE, Militant syndical, la veille de Noël, le 24 Décembre, Maria TRAORE, Secrétaire de la Section syndicale CGT a été menacée d’une mise à pied de 3 mois ;

Considérant que les faits reprochés à Maria TRAORE sont : une « intrusion intempestive » dans le bureau du Chef de centre, alors qu’elle essayait d’accompagner Christophe DARE, lors d’un entretien, une prétendue prise de parole le 1er octobre, jour où il n’y a eu aucune réunion ainsi que le contenu d’un tract syndical ;

Considérant que ces décisions ne peuvent qu’alourdir un climat déjà pesant au sein de l’établissement ;

Considérant que les conflits se sont multipliés ces derniers mois, liés à la multiplication des réorganisations des services et aux suppressions de postes de travail. A titre d’exemple, un délégué syndical CGT de l’agence Coliposte Keller dans le 15e est actuellement en procédure de licenciement, dans un contexte social tendu après la modification des règles d’organisation et le passage de la charge quotidienne de colis par postier de 90 à 120 ;

Considérant que stress, conditions de travail dégradées, harcèlement, pression, rapports alarmants des médecins du Travail, management aveugle, souffrances psychologiques et suicides sont la réalité à la Poste aujourd’hui ;

Considérant que le manque de données et d’informations sur les changements dans l’organisation du travail, dans l’entreprise et sur les suppressions d’emplois ne permet pas de véritables négociations ;

Considérant que l’absence de dialogue social dans l’entreprise et de surcroît, les sanctions des personnels et des militants syndicaux viennent renforcer les tensions, au détriment de la qualité du travail et de l’avenir de la Poste ;

Considérant que le service rendu au public s’en trouve affaibli ;

Sur proposition d’Hélène Bidard, d’Emmanuelle Becker, des élus du groupe Communiste et élus du Parti de Gauche, le Conseil de Paris émet le vœu :

Que le Maire de Paris intervienne auprès de Monsieur BAILLY, Président de la Poste et de la Direction Départementale Paris Sud :

  • pour demander l’annulation du licenciement de Christophe DARE, militant syndical, et sa réintégration ;
  • pour demander qu’aucune sanction ne soit prise à l’encontre de Maria TRAORE, Secrétaire de la Section syndicale CGT du Bureau de Poste Paris 11, rue Bréguet.
  • pour demander la mise en place de mesures visant à remédier à la souffrance au travail et à l’absence de dialogue social au sein de l’entreprise, dans l’intérêt des personnels et de l’avenir de la Poste.

Publié le

8 février 2011

Auteur-e-s