Rechercher sur le site

Vivre dignement à chaque étape de sa vie

Hervé Bégué présente le voeu relatif aux conditions de travail et d’hébergement dans les E.H.P.A.D. L’Etat doit investir pour permettre à chacun de vivre dignement à toutes les étapes de sa vie. Il y a urgence à réagir face à la souffrance des personnels et des personnes âgées en E.H.P.A.D.

Retrouvez son intervention...

Monsieur le Maire, chers collègues,

Le 30 janvier dernier, les salariés des E.H.P.A.D. étaient en grève. Les conditions de travail des soignantes et soignants, ainsi que les conditions dans lesquelles sont hébergées les personnes âgées, sont dans trop d’établissement indignes.
Alors que par exemple les tarifs des E.H.P.A.D. sont exorbitants pour les familles, le budget pour la restauration n’est que de 5 euros par jour.

Alors que le Plan Solidarité grand âge prévoit un agent d’encadrement par résident, la moyenne n’est que de 0,6, voire 0,3 parfois. Il manque près de la moitié du personnel nécessaire. Il en résulte bien souvent un traitement indigne, une maltraitance institutionnelle pour les résidentes et résidents, et une souffrance pour les personnels.

Des questions se posent même quant à la capacité à réunir les conditions de sécurité nécessaires, notamment la nuit. Et nous craignons que le vote du 4 décembre dernier de la loi de financement de la Sécurité sociale ne fasse qu’aggraver cette situation.
L’Etat peut et doit investir plus pour permettre à chacun de vivre dignement à toutes les étapes de sa vie. L’Etat finance les E.H.P.A.D. à hauteur de 50 millions d’euros par an, pour 585.000 résidents, c’est seulement 85 € par an et par personne. A titre de comparaison, la suppression de l’I.S.F. va coûter à l’Etat 4 milliards d’euros, soit 1.730 euros par an pour 5 % des ménages les plus riches.

Pour notre part, nous pensons qu’il faut utiliser l’argent public pour améliorer prioritairement les conditions de vie des personnes âgées en E.H.P.A.D. plutôt que celle des 5 % des Français les plus aisés.

Il y a urgence à réagir face à la souffrance des personnels et des personnes âgées en E.H.P.A.D., c’est pourquoi nous vous proposons d’interpeller ensemble le Gouvernement sur ces questions.

Je vous remercie.

PDF - 318.1 ko

Publié le

7 février 2018

Auteur-e-s