Rechercher sur le site

Réforme du statut de Paris : Nous soutenons la mobilisation des agents de la Préfecture de Police mobilisés

La réforme du statut de Paris prévoit notamment le transfert de plus de 2000 agents de la préfecture de police à la Ville de Paris. Après nous être opposé à la privatisation du contrôle du stationnement en novembre 2016, nous rappelons les risques encourus par les agents : travailler plus pour gagner pareil voire moins. En grève durant la séance du Conseil de Paris, Didier Le Reste est allez apporter le soutien des élu.e.s communistes à ces agents du service publics.
Retrouvez son intervention.

Merci, Monsieur le Maire,

Tout en actant le travail qualitatif réalisé, les élus du groupe Communiste - Front de Gauche s’abstiendront néanmoins sur le vote de cette délibération. Cela dit, ce protocole financier est globalement juste. Dans l’ensemble, nous y retrouvons les engagements communs de la Ville et de la Préfecture sur le nombre de postes et des moyens afférents aux nouvelles compétences.

En revanche, il reste encore nombre de zones d’ombre sur les conditions dans lesquelles ces agents vont être intégrés à l’administration parisienne. Je pense déjà à la question du temps de travail. Les A.S.P. travaillent actuellement 32 heures 30 par semaine, un temps de travail qui prend en compte la pénibilité de leur mission. Mais la Ville exige le passage aux 35 heures, ce qui signifie que les salariés travailleront plus, perdront des jours de récupération mais seront toujours payés pareil.

Par ailleurs, en faisant le choix de privatiser le contrôle du stationnement payant, la Ville doit proposer de nouvelles missions aux A.S.P. Cette évolution des missions à une incidence importante sur les rythmes et l’amplitude des horaires de travail. Ces questions sont d’autant plus importantes que nous savons que le corps des A.S.P. est majoritairement composé de femmes qui pour beaucoup d’entre elles ont une famille à charge. Pourtant, à ce jour, les agents n’ont pas de réponse précise à ces questions légitimes et cruciales.

Enfin, les agents manquent de visibilité sur le régime indemnitaire qui devra bientôt leur être appliqué.

Les 2.120 agents transférés rejoindront des corps de métiers différents et des directions diverses. Les régimes indemnitaires sont disparates et manquent de clarté. Par exemple, il peut arriver que pour un même corps, le régime indemnitaire varie d’une direction à l’autre. Plusieurs organisations syndicales ont déposé un préavis de grève pour se faire entendre aux fins d’obtenir des réponses concrètes aux questions que les agents posent depuis plusieurs mois.

En conséquence, même si ce n’est pas l’objet de ce protocole, nous tenons à apporter tout notre soutien à ces futurs agents de la Ville de Paris et, comme je l’ai indiqué d’entrée, nous nous abstiendrons sur cette délibération.

Je vous remercie.

Publié le

12 mai 2017

Auteur-e-s