Rechercher sur le site

Réaction à la libération de Mathias Depardon

C’est avec une joie immense que nous apprenons la libération de Mathias Depardon.

Tout, dans ce qu’il faut bien appeler « l’affaire Depardon » transpire de l’attitude anti démocratique du Président Erdogan. Les motifs de l’arrestation du journaliste de National Geographic, sa détention arbitraire pendant plus d’un mois avec peu d’autorisations de visite, son expulsion du territoire, montrent la détermination d’Erdogan à museler la presse et les libertés. Après la fermeture de dizaines d’organes de presse en Turquie, l’arrestation de centaines de journalistes turcs et kurdes dont le seul tort est de critiquer la politique d’Ankara, l’autocrate s’attaque à des journalistes étrangers, venus pour faire leur travail et rendre compte de la complexité de la situation en Turquie et au Kurdistan Kurde.
Notre groupe s’apprêtait à déposer un vœu au conseil de Paris de juillet pour soutenir les mouvements de solidarité autour de Mathias Depardon à l’image de reporters sans frontières ou des associations et des syndicats de journalistes.

Le 2 mai dernier à l’Hôtel de Ville se tenait une réunion importante autour des questions de liberté de la presse. La situation dans le monde se dégrade. Nous serons toujours aux côtés des journalistes qui, souvent au péril de leur vie, témoignent de la vie réelle des populations, y compris dans des zones de conflits.

Nicolas Bonnet Oulaldj – Président du groupe Communiste-Front de Gauche au Conseil de Paris
Hélène Bidard – Adjointe à la Maire de Paris en charge des questions relatives à l’égalité femmes/hommes, la lutte contre les discriminations et des Droits Humains