Rechercher sur le site

Soutien aux actions liés à la citoyenneté, la laïcité et les valeurs de la République

A la suite des attentats du mois de janvier, la Ville de Paris a souhaité développer le soutien qu’elle apporte aux associations qui mènent des actions autour de la laïcité, des médias, des nouveaux modes de communication et de la distance critique que l’on entretenir vis-à-vis d’eux. Les récents attentats soulignent, malheureusement, l’intérêt de poursuivre cette action dans le temps et d’amplifier le soutien apporté à ces associations.

Retrouvez l’intervention de Danièle Premel

Madame la maire, Mes cher-es collègues,

Nous regardons aujourd’hui une belle délibération, celle que nous avions toutes et tous porté après les attentats de janvier 2015.

Ces attentats contre les salariés de « Charlie hebdo » et contre le personnel et les clients de l’Hyper Casher.

Nous avons cru un instant que ce cauchemar ne se reproduirait pas que le rassemblement du peuple de Paris, de France et la mobilisation du monde entier serait un antidote suffisant face à ce fanatisme meurtrier.

Il n’en a rien été et le 13 Novembre a marqué une étape supplémentaire sur le chemin de l’horreur.

Nous avons toutes et tous ressenti la nécessité de protéger nos concitoyennes et nos concitoyens, mais nous avons tous et toutes ressenti le besoin de se réinterroger sur nos principes et nos valeurs.

Dialoguer sur le socle qui nous est commun, les principes de notre République et la laïcité est une nécessité.

Nécessité qu’ à chaque génération nous vérifions si nous continuons de partager les valeurs communes et quelles sont-elles ?

Il n’y a pas d’acceptation innée des principes républicains, il y a une interrogation permanente sur ce qui fait le socle du vivre ensemble.

Notre histoire prouve que ce que nous croyons acquis à jamais ne résiste pas aux crises et à ceux qui les utilisent à leur propre profit.

Les acquis de 1936 n’ont pas résisté à la déclaration de guerre.

Le programme du conseil national de la Résistance a été détricoté par ceux qui n’avaient jamais admis ce partage du pouvoir et des richesses.

Alors oui cet appel à projet doit viser non pas à « apprendre » la République et la laïcité car la République ne s’apprend pas elle se vit et se pratique. C’est tout l’intérêt de bon nombre de projets qui ont été présentés par les 52 porteurs de projets.
Le message d’un peuple qui renonce à son droit de vote est un message inquiétant car il dénote une défiance entre le peuple et ses représentants.

Inciter à la participation citoyenne, élargir le cercle de celles et ceux qui délibèrent. Donner plus de pouvoirs aux citoyens, c’est le seul chemin pour que les valeurs de la République ne soit pas qu’une déclaration, mais un principe d’accepter et d’enrichir nos règles communes.

Je prendrai la phrase de Paolo Freire « Personne n’éduque personne, personne ne s’éduque seul, les hommes s’éduquent ensemble par l’intermédiaire du monde »
Il est donc nécessaire d’inscrire cet appel à projet dans la durée et d’augmenter le budget qui lui est consacré en l’élargissant sur les territoires parisiens.

Mais si nous voulons que cet appel à projet soit encore plus profondément ancré dans notre territoire. Nous devons proposer à plus d’associations voire à des collectifs de jeunes ou de moins jeunes de travailler sur ces principes et sur la question de la laïcité.

Faire de notre peuple des citoyens éclairés qui auront à cœur de débattre, de proposer et délibérer dans un cadre communément accepté voilà l’objectif.

Cultivons la pratique plutôt que l’apprentissage descendant. Nous n’avons pas à répéter des dogmes mais bien à faire vivre nos principes communs.

Nous souhaitons que tous les élu-es de l’exécutif qui travaillent sur ces questions soient associés pour encore enrichir le contenu de l’appel à projet.

Nous soutiendrons son enrichissement et sa pérennisation ;

Je vous remercie

Publié le

18 décembre 2015

Auteur-e-s