Rechercher sur le site

Produire localement, consommer autrement

Nicolas Bonnet Oulaldj rappelle que le label "fabriqué à Paris" qu’il a porté s’inscrit dans une nouvelle économie qui prend en compte les circuits courts, la proximité,la taçabilité,la transparence,les valeurs d’excellence, de savoir faire et d’art de vivre.

Retrouvez son intervention

Madame la Maire,

Au travers de cette communication sur la vitalité du commerce à Paris, vous rendez officiel la mise en œuvre de deux propositions que j’ai porté depuis le début du mandat, la création du label « fabriqué à Paris » et l’ouverture des premières halles alimentaires.

Vous reprenez d’ailleurs un bon nombre des préconisations du rapport de la mission d’information et d’évaluation qui j’ai initié et présidé en 2015. Je pense en particulier à notre réflexion sur les leviers que sont le foncier et l’immobilier, comme le renforcement du dispositif vital quartier, la création d’un dispositif inter-bailleur, ou encore une meilleure commercialisation des locaux en pied d’immeuble pour la préservation et la reconquête d’espaces artisanaux et commerciaux. Nous le savons tous, la première revendication des commerçants et artisans c’est la baisse des loyers et baux commerciaux.

Ces propositions illustrent notre conception du Paris pour tous, un Paris où l’on peut vivre et travailler. Elles illustrent l’importance de l’intervention publique dans un secteur bien souvent livré à la loi du marché et à la spéculation immobilière.
Une loi du marché dont nous connaissons les limites, qui tend plutôt à écraser les artisans, les petits commerçants indépendants et uniformiser les villes. Une loi du marché qui favorise l’hégémonie culturelle des grandes enseignes de la distribution et du luxe, qui malheureusement ont été épaulé par la loi Macron avec la création des Zone Touristique Internationale, ayant pour principal effet la multiplication des « Show Room » et des supérettes contribuant à la désertification invisible de certains quartiers.

Nous proposons un autre avenir pour Paris, pour nos commerçants et artisans. Un avenir qui s’appuie sur notre histoire et notre patrimoine, respectueux de notre culture locale. Des propositions qui relèvent les défis essentiels pour l’avenir de nos enfants : l’emploi et l’environnement.

Madame la Maire, vous nous avez entendu et soutenu pour la création du label « fabriqué à Paris », sachez que je suis prêt pour amener au bout ce beau projet, en pilotant le cahier des charges et le jury qui attribuera ce label aux premiers artisans.
À travers ce beau projet, nous voulons dire aux parisiens que nous pouvons produire localement et consommer autrement. Aujourd’hui fabrication, consommation et écologie doivent se conjuguer plutôt que s’opposer.

Le label « fabriqué à Paris » prendra tous son sens dans une nouvelle économie qui prend en compte les circuits courts, la proximité, la traçabilité, la transparence, les valeurs d’excellence, de savoir-faire et d’art de vivre. Il y a actuellement 180 entreprises à Paris qui sont labélisées « entreprises du patrimoines vivant » dans le domaine de la mode, de la gastronomie, de l’ébénisterie et de nombreux métiers d’art.
Il ne s’agit pas d’un nouveau gadget marketing destiné à séduire les consommateurs, mais d’un label qui ramène à une consommation responsable. Pour les consommateurs c’est la garantie de la qualité et de l’authenticité d’un produit, pour les artisans c’est un moyen de valoriser leur travail et leur savoir-faire, pour Paris c’est un moyen de protéger notre patrimoine vivant et notre culture.

En conclusion Madame La maire, je voudrais répondre à une question que beaucoup de journalistes m’ont posée : les artisans, les ouvriers et leurs enfants ont-ils encore un avenir à Paris ? Oui, selon tous les chiffres qui nous ont été donnés, si nous investissons dans les filières d’artisanats dans la transition écologique et dans les filières concernées par l’économie circulaire.

Comme le chantait Jean Ferrat :
C’étaient des ferronniers, aux enseignes fragiles
C’étaient des menuisiers, aux cent coups de rabots
Pour défendre Paris, Ils se firent mobiles
C’étaient des forgerons, Devenus des moblots
Il y a cent ans commun commune
Comme artisans et ouvriers, Ils se battaient pour la Commune

L’histoire de Paris est l’œuvre des artisans et des ouvriers, son avenir se fera avec les artisans et les ouvriers.

Publié le

9 mai 2017

Auteur-e-s