Rechercher sur le site

Préservation d’une gestion publique des barrages hydroélectriques : La gauche parisienne se retrouve

Le Groupe communiste et le groupe écologiste de Paris ont proposé un vœu pour s’opposer à l’ouverture à la concurrence des concessions des barrages hydroélectriques.

Dans un élan de sagesse qui le caractérise souvent, le Conseil de Paris, grâce à un vote responsable des élu-es de la gauche parisienne, s’est opposé à l’ouverture de la concurrence des concessions hydroélectriques !

Le gouvernement d’Emmanuel Macron entend en effet être le bon élève libéral au niveau européen, en privatisant plus d’une centaine de barrages hydroélectriques d’ici à 2022.

C’est une triple erreur. Pour les prix de l’électricité qui ne manqueraient d’augmenter.
Pour la stabilité globale du réseau de puissance électrique. Pour la gestion de la ressource en eau.

Paris, qui ne cesse d’augmenter ses achats d’énergie renouvelables, serait ainsi frappée directement par la privatisation des barrages. Il est nécessaire de conserver une gestion publique des ces équipements, rentables, produisant une énergie verte non intermittente.

Alors que l’Allemagne ou l’Espagne ont réussi à éviter ces privatisations, nous demandons au gouvernement de revoir sa copie.

Pour nous, la maitrise publique de l’énergie reste l’outil à privilégier pour une transition écologique cohérente, et respectueuse de l’intérêt général.
Les communistes plaident pour la création d’un pôle publique de l’énergie, à même de piloter une transition écologique juste.