Rechercher sur le site

Plus de 20 travailleurs et travailleuses handicapé-e-s victimes du cynisme de Smovengo

Après un mouvement social de grande ampleur et d’une rare durée, au terme duquel les salarié-e-s de Cyclocity ont arraché un accord dans la douleur avec Smovengo.
Après des retards inadmissibles dans l’installation des nouvelles stations mettant en difficulté les utilisateurs et les utilisatrices et faisant ainsi la démonstration de la rupture de continuité du service Vélib.
Après une augmentation substantielle des tarifs qui apparaît encore moins justifiée au regard du service rendu.
Après le « débarquement » d’entreprises de location de vélos sans attache qui tentent de concurrencer le service Vélib.

Nous apprenons que, contrairement à ce qu’avait souhaité à l’unanimité le Conseil de Paris, plus de 20 travailleurs et travailleuses handicapé-e-s de l’ESAT Léopold Bellan, qui travaillaient avec Cyclocity depuis de nombreuses années, se retrouvent privés d’activité. Cyclocity était en effet l’un des plus importants pourvoyeurs de contrats pour cet établissement ; la société Smovengo n’a jamais confirmé sa volonté de travailler avec cet établissement.

Tous ces points noirs, nous les avions dénoncés dès que nous avons appris le résultat de l’appel d’offre.
Nous dénonçons le cynisme de la nouvelle entreprise délégataire qui se prive ainsi du service de salarié-es qualifié-es et formé-es.
Nous interpellons le syndicat mixte Autolib Vélib afin qu’il intervienne pour que ces travailleurs et travailleuses handicapé-e-s ne s’ajoutent pas à la liste déjà longue des victimes de ce fiasco.

Publié le

16 janvier 2018

Auteur-e-s