Rechercher sur le site

Plan Biodiversité : un enjeu social et environnemental

L’adoption du plan Biodiversité 2018-2024 fait suite au plan Climat Eau Énergie. Avec ce plan transversal et ambitieux, nous faisons face à l’urgence de renouveler structurellement les modèles productifs. Il faut comprendre la biodiversité dans son ensemble comme un système global à préserver.

Pour parfaire ce plan, le groupe communiste front de gauche au Conseil de Paris soutient trois propositions.

Concernant le financement du plan Biodiversité, nous réaffirmons que les logiques écologiques de long terme sont incompatibles avec les logiques financières de rentabilité à court terme qui épuisent autant l’homme que la nature. Le capitalisme vert ne peut pas être l’outil de la transition écologique.

L’École Du Breuil est acteur clé de la réussite du Plan. Elle forme aux métiers de la biodiversité et a un rôle central à jouer dans le cadre de la permaculture notamment, de l’agriculture urbaine, de la sensibilisation des jeunes générations à la préservation de la biodiversité. Nous voulons nous assurer des moyens qui seront alloués à l’École avant d’envisager le changement de statut.

La vocation première de la Petite ceinture ferroviaire est de rester une infrastructure ferroviaire. Il s’y est développé un écosystème particulier et nous proposons de conjuguer les impératifs de lutte écologique et sociaux en ouvrant la Petite Ceinture Ferroviaire pour des occupations liées à son activité ferroviaire : velorail, draisine, train de la découverte. Cela préserve les biotopes et permet de rendre réelle la réversibilité pour ensuite développer de la logistique bas carbone dans Paris sur cette infrastructure.

Publié le

20 mars 2018