Rechercher sur le site

Partager les pouvoirs

La plupart des élus Parisiens l’ont constaté : les habitants de notre Ville ont soif d’engagement. Ils veulent mieux participer aux grandes décisions de notre collectivité, et ne se contentent pas d’être consultés une fois tous les six ans. Cette dernière mandature a vu la municipalité multiplier les consultations, mettre en place des outils de démocratie participative – avec parfois plus ou moins de réussite. Il faut aller plus loin, et jusqu’au bout de cette logique. Paris doit être la métropole d’un progrès partagé, décidé ensemble. Nous proposons ainsi :

(72) D’instituer le référendum d’initiative populaire à Paris. Dès lors que 5% des habitants de notre ville souhaitent qu’une consultation soit organisée sur un sujet, un référendum est organisé.

(73) D’obliger les élus à tenir une permanence hebdomadaire. Il suffit seulement de changer le règlement du Conseil de Paris pour que ses membres soient tenus de passer quelques heures à recevoir ceux qui les ont élus, dans les arrondissements. La permanence est un excellent moyen de prendre le pouls des inquiétudes et des désirs des Parisiens.

(74) De rendre les budgets de la Ville, du Département, des Arrondissements plus participatifs. Aujourd’hui, les débats qui les entourent se font au sein du Conseil de Paris. Il serait légitime, pourtant, qu’une partie des crédits Politique de la Ville soit par exemple discutés par les habitants, voire cogérés. De manière générale, les Conseils de Quartier ont vocation à dépasser les problématiques de voisinages, et pourrait s’exprimer sur le budget de la ville.

(75) De doter Paris d’un Conseil du Développement. A l’image de ce qui se fait à Plaine-Commune et dans d’autres collectivités, ce conseil consultatif, constitué de représentants de la société civile, des syndicats, du monde économique et associatif, se prononce sur les grandes orientations de la ville, notamment en matière de développement et d’emploi. Surtout, il permet d’associer les habitants, les entreprises, les associations à la définition des grandes stratégies pour la ville (cf. notre chapitre sur le « partage des pouvoirs »). Nous proposons également de créer des commissions de services publics municipaux dans tous les services où il n’existe pas d’instance équivalente. L’objectif de ces commissions est de permettre aux usagers, aux personnels des services publics et à leurs représentants syndicaux ainsi qu’aux élu-es d’obtenir des informations sur le fonctionnement effectif des services publics, d’être consultés sur certaines mesures relatives à leur organisation et d’émettre toute proposition utile en vue des adaptations qui pourraient apparaître nécessaires.

Publié le

23 mai 2014