Rechercher sur le site

La culture : élément essentiel de la construction métropolitaine

Danièle Premel a rappelé l’importance de la culture dans le lien entre les différents territoires franciliens et la construction de la Métropole. A ce titre les équipements culturels de proximité sont essentiels.

Reteouvez l’intervention de Danièle Premel

Madame la Maire, chers collègues,

Amendement : Evenement culturel métropolitain

La culture, et je sais que vous partagez cette conviction est tout à la fois un facteur d’émancipation des populations, de construction d’une identité collective et individuelle de la citoyenneté, de développement économique et d’image de Paris ville monde.

La culture a toute sa place dans ce débat budgétaire qui ne peut se limiter aux lignes financières mais bien mettre en jeux et souligner les valeurs qui les sous-tendent.

Le groupe communiste a déposé un amendement qui propose d’accélérer la création d’équipements publics. Plusieurs équipements culturels de proximité sont présents dans cette proposition qui concerne avant tout les quartiers populaires. Je pense à la médiathèque de la Porte de Charenton. A la bibliothèque Paul Bourget dans le 13e, à la Maison des Pratiques Artistiques Amateurs (MPAA) du quartier de la Porte de la Chapelle dans le 18e ou du centre d’animation de la place des Grandes Rigoles dans le 20e.

Vous le savez, pour tous ces quartiers, nous avons à répondre à l’enjeu du rattrapage. Les quartiers populaires de Paris ont été les grands oubliés de la droite lorsqu’elle gérait Paris.

L’effort à produire est d’autant plus important pour les structures culturelles de proximité. La culture de proximité est souvent le parent pauvre de la politique culturelle de la Ville de Paris. Je comprends qu’il soit important de pouvoir compter sur de grands équipements pour briller à l’échelle mondiale. Mais il faut veiller à ne pas laisser de côté les parisiennes et les parisiens de ces quartiers.

Pour autant, le temps de Paris derrière son périphérique n’est plus, Paris territoire de la Métropole s’est engagé dans ce nouveau défi et ce nouvel horizon, pour ne pas dire cette nouvelle frontière, leur rayonnement, leur attractivité réciproque seront dans leur renforcement mutuel et leur atout commun.

Je pense notamment à leur patrimoine et richesse commune : la Seine, ses affluents et ses canaux.

Paris et la métropole sont toutes deux engagés dans une dynamique de restauration et de reconquête du fleuve. Sans oublier la candidature de Paris aux Jeux Olympique de 2024 et à l’exposition universelle de 2025. Dans ce contexte l’action culturelle est un axe essentiel à la construction de l’identité métropolitaine qui participe à l’inclusion sociale dont Paris devrait bénéficier en retour.

Mais Paris, territoire 1 de la Métropole doit être la première à donner un signe significatif un message pour accompagner cette dynamique en émergence.

C’est le sens de notre amendement, qui vise au recrutement d’un poste de chargé de mission auprès de la Mission du Grand Paris afin de contribuer, en lien avec la Métropole, au suivi et à la préfiguration d’une offre culturelle liée à son fleuve.

Cette action devra s’appuyer sur les acquis réalisés en se situant au croisement des disciplines et des pratiques des publics et des acteurs autour de leur patrimoine fluvial. Projet dont je suis intimement persuadé qu’il appelle les parisiens et parisiennes mais aussi les métropolitains et métropolitaines à participer et à accéder à la richesse et au rayonnement de Paris.

Je parlerai pour finir de l’insertion et l’accompagnement à l’emploi.

Bien que nous soyons dans un débat budgétaire, je voudrai insister non pas sur le niveau d’effort de la commune ou du département qui reconnaissons-le est conséquent sur ce champ mais plutôt sur son pilotage et sa cohérence qui pourrait à mon avis avoir une meilleure efficience entendue comme le rapport entre les résultats et les moyens mis en œuvre.

Je rappellerai concernant les clauses sociales qu’il faudra renforcer notre vigilance pour que celles-ci soient prises en compte systématiquement dans nos appels d’offre à une hauteur significative et pas seulement formelle pour répondre à l’obligation.

D’autre part , sur l’accompagnement à l’emploi, j’ai plusieurs fois proposé d’ouvrir un chantier mettant à plat l’ensemble des structures qui s’occupent ou se revendiquent de l’accompagnement à l’emploi, en augmentation quasi exponentielle, pour repréciser les articulations, les synergies, mutualiser leurs compétences et se donner les moyens dans cette approche globale de concevoir et de mettre en place des critères d’évaluations identiques à toutes ces structures tout en préservant leurs spécificités.
Aujourd’hui, le saupoudrage, la multiplication des acteurs qui se donnent les mêmes objectifs et finalités que les services publics de l’emploi ne permettent plus de définir et de prioriser une politique territoriale cohérente dans laquelle est reconnue à chacun des acteurs ses atouts et ses complémentarités.

Aussi nous proposons que soit réalisé un bilan /état de lieux/diagnostic/inventaire de l’ensemble des structures chargées de l’accompagnement vers l’emploi et qui sont financées par la commune et/ou le département.

Je vous remercie.

Publié le

14 décembre 2016

Auteur-e-s