Rechercher sur le site

Les travailleuses et travailleurs du 57 boulevard de Strasbourg font condamner les patrons voyous pour traite d’êtres humains !

Le Tribunal de Grande Instance de Paris a condamné les anciens employeurs des coiffeuses et manucures du 57 boulevard de Strasbourg Paris 10ème pour traite d’êtres humains à des fins d’exploitation par le travail. C’est une décision historique.

C’est la première fois en France que la traite d’êtres humains à des fins d’exploitation par le travail est reconnue par la justice.

Le tribunal reconnait des faits de traite d’êtres humains à des fins d’exploitation par le travail au cœur de Paris au 21ème siècle, donnant en cela raison aux salarié-es qui ont osé parler. Compte tenu des conditions indignes dans lesquelles travaillent nombre d’employé-es dans les salons de coiffure et de manucure à Paris, nous souhaitons que cette décision puisse faire jurisprudence, et que les moyens d’enquête et de police soit rapidement mis en place pour démanteler les éventuels réseaux.

Dans ce procès, étaient témoins Bernard Thibaut membre de l’Organisation Internationale du Travail, Rémi Féraud, ancien Maire du 10ème arrondissement, et Hélène Bidard en sa qualité d’adjointe à la Maire de Paris en charge de toutes les questions relatives à l’égalité femmes/hommes, la lutte contre les discriminations et des Droits Humains.

Ce résultat est le fruit d’une détermination sans faille des travailleuses et des travailleurs, de l’engagement essentiel de la CGT, de l’appui des élu-es et militant-es PCF parisiens, d’associations et de la convergence utile de ces volontés pour dénoncer des pratiques d’un autre temps.

Nous saluons le courage de ces femmes et de ces hommes qui se battent depuis maintenant près de 4 ans pour la reconnaissance de leurs droits. Cette victoire montre que le progrès social et l’égalité des droits ne sont pas des horizons inaccessibles, y compris pour les plus vulnérables.

Les élu-es communistes parisiens ont toujours été à leurs côtés et le resteront.