Rechercher sur le site

La démission de Bruno Julliard : une opération politicienne qui sert d’abord la droite

La démission de Bruno Julliard n’est pas une surprise pour nous. C’est le cheminement d’un élu qui s’est progressivement éloigné de nos engagements de 2014 et de la politique de gauche que mène notre majorité municipale.

On est définitivement trop à gauche pour Bruno Julliard.

C’est une opération politicienne car dans ses critiques on retrouve celle d’En Marche et de la droite. Pour preuve Bruno Julliard fait part de ses désaccords sur nos choix budgétaires ambitieux pour le développement des services publics ou encore il critique la gratuité des transports pour les séniors et la régulation d’Airbnb. C’est son droit mais c’était devenu incompatible.

Depuis 2014, contre vents et marées, le groupe Communiste à Paris a fait la démonstration de sa solidité. Il a su porter et mettre en œuvre au sein de la majorité des politiques innovantes et de solidarité.

Cette décision est aussi une opération politicienne vaine, qui vise à déstabiliser notre majorité alors que notre bilan est reconnu par les parisien-ne-s. On pourrait se réjouir qu’il appelle à un débat démocratique dans la capitale. Ce qu’il s’est bien gardé de faire dans l’exercice de sa responsabilité à la culture, un dossier qu’il laisse en friche alors que de nombreuses voix se font entendre Bruno Julliard évoque les sujets du travail du dimanche, de la police municipale, de la métropole, sans expliciter ses positions.

Les communistes pensent au contraire qu’il nous faut continuer d’agir avec et pour les Parisien-ne-s avec l’ambition d’une nouvelle étape de la politique de gauche. A l’heure où certain-e-s plient devant les spéculateurs et les financiers, les communistes agiront dans les semaines et les mois qui viennent pour faire grandir un projet municipal permettant aux travailleurs.euses et aux catégories populaires et moyennes de vivre et de travailler à Paris.

Publié le

17 septembre 2018

Auteur-e-s