Rechercher sur le site

Investissement, emplois publics et grandes questions de société : les 3 piliers du budget 2018

Nicolas Bonnet Oulaldj salue le contenu de la lettre rectificative et le travail effectué pour arriver à un budget qui maintient le cap sur l’investissement, sur l’emploi public et les grandes questions de société.

Retrouvez son intervention

Madame la Maire, mes chers collègues,

Je vais commencer par les remerciements, comme David BELLIARD et Rémi FÉRAUD : vous remercier, vous et vos Conseillers, parce que ce budget est l’aboutissement d’un long travail, de beaucoup d’échanges ; remercier bien sûr Emmanuel GRÉGOIRE et Christophe GIRARD, qui ont pris leurs fonctions récemment et qui ont été très exigeants, comme leurs prédécesseurs, et on a eu beaucoup d’échanges qui aboutissent à un bon résultat ; remercier bien sûr les services financiers de la Ville ; et remercier aussi les collaborateurs de mon groupe, qui ont passé beaucoup d’heures avec les élus communistes à préparer ce budget.

Alors, vous l’avez compris, Madame la Maire, nous allons voter pour ce budget, car ce budget met le cap sur l’investissement et sur l’emploi public, et cela dans un contexte budgétaire tendu, et face au désengagement de l’Etat depuis de nombreuses années, mais on est dans une continuité depuis le début de la part de l’Etat.

C’est un budget qui est à contre-courant des politiques d’austérité et des baisses de budget annoncées dans beaucoup de collectivités. Nous continuerons à investir 1,7 milliard d’euros, et en grande partie dans le logement social, qui est la priorité de notre mandature, mais aussi celle des Parisien-nes. Nous continuerons à investir pour de nouvelles places en crèches, pour des accueils de jour éducatifs ou encore pour des mesures de reclassement des agents de notre collectivité. Soulignons également que notre budget de fonctionnement est en croissance - un peu plus de 1 % -, alors que d’autres afficheront un budget en baisse.

Madame la Maire, nous avons déposé une série d’amendements et nous avons été en grande partie entendus, et la lettre rectificative qui sera présentée - Rémi FÉRAUD l’a dit - est à peu près équivalente à celle que l’on avait déjà présentée sous l’ancienne mandature, et que Julien BARGETON avait à chaque fois acceptée. Mais cette année, Madame la Maire, nous avons obtenu des engagements qui sont pour nous des signaux politiques importants pour les Parisien-nes.

Le premier signal, c’est un effort conséquent pour le sport de proximité et pour les équipements sportifs qui seront construits, pas demain, mais qui seront construits dans la perspective des Jeux olympiques, entre 2020 et 2024. C’est un signal. Au moment où le Gouvernement lui-même baisse les crédits au sport dans notre pays, au moment où l’on supprime les contrats aidés, qui sont en grande partie dans les associations sportives, eh bien, Paris envoie un signal à la France entière comme quoi l’héritage des Jeux olympiques ne sera pas simplement l’événement, mais le développement de la pratique pour toutes et tous dans la proximité, et notamment pour le sport scolaire, et pour les amateurs et les jeunes de notre ville.

Nous avons, dans cette lettre rectificative, de nouveaux équipements pour réduire rapidement les inégalités territoriales en matière d’équipements publics, notamment, je l’ai dit, dans le sport, mais aussi dans la culture, dans l’animation. Je pense au centre d’animation Mathis, au centre d’équipement culturel porte de la Chapelle, ou encore au niveau des Grandes Rigoles. Nous nous sommes aussi engagés dans la mandature pour réaliser des centres de santé, et dans cette lettre rectificative, nous avons d’ores et déjà obtenu 500.000 euros pour le centre de santé Richerand, et à terme, ce sera 1 million d’euros pour sa restructuration et surtout, pour l’accueil du centre de victimologie.

L’année où enfin, la parole des femmes victimes de violences semble être entendue, nous avons obtenu la création du Centre des droits des femmes, promis par vous-même depuis 2002, et c’est aussi un signe politique très important pour les féministes. 100.000 euros seront investis pour sa préfiguration. Le budget alloué à la lutte contre les violences faites aux femmes bénéficie aussi d’un amendement que nous avons présenté avec le groupe Ecologiste de 50.000 euros, ainsi que de l’octroi d’une subvention exceptionnelle de 8.000 euros liée à la suppression de l’aide de l’Etat pour le réseau "MAGE". Alors que l’Etat envisage de supprimer les contrats aidés, nous avons été entendus par Christophe GIRARD et 350.000 euros viendront abonder le fonds de formation professionnelle en direction des salariés en contrat aidés, en vue de leur accompagnement vers un emploi pérenne. Je pense que c’est quelque chose qu’il faut noter, et on aimerait que l’Etat donne ce signale aussi dans l’ensemble des collectivités.

Enfin, Madame la Maire, nous continuons notre bataille contre la spéculation immobilière et nous renforçons l’équipe d’inspecteurs de contrôle des plateformes touristiques avec quatre nouveaux inspecteurs, et puis, bien sûr, des postes qui seront en renfort dans les bibliothèques et un poste pour piloter la préfiguration de l’observatoire des inégalités scolaires.

Ce budget maintient le cap sur l’investissement, sur l’emploi public et les grandes questions de société. C’est pour ces raisons que nous le voterons.

Je vous remercie.

Publié le

11 décembre 2017

Auteur-e-s