Rechercher sur le site

Intervention de Fanny Gaillanne sur le budget de la politique de la Ville

Intervention en séance du conseil de Paris des 15, 16, 17 et 18 décembre 2014

Madame la Maire, mes chers collègues,

J’aimerai revenir brièvement sur les évolutions qui ont marqué la politique de la ville durant cette année 2014, car elles nous interpellent sur les actions à développer dans les quartiers populaires pour 2015.

La réforme menée dans le courant de l’année, suite à l’adoption de la loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine, la loi Lamy en février dernier, prévoit un critère unique de définition de la géographie prioritaire. Ce choix du gouvernement a été la source de nombreux échanges entre la ville et l’Etat pour tenter de trouver une application locale qui tiennent compte des spécificités parisiennes : la forte densité de population en milieu urbain, le poids important des populations non recensées (SDF, familles logées en hôtels meublés etc...).

Le choix de cette méthodologie à critère unique de revenu, même s’il était pondéré sur l’Ile de France, a réduit de manière importante le nombre de parisiens habitants dans les quartiers « politique de la ville ».

Ceci étant dit, le dialogue engagé avec l’Etat a permis de renforcer le dispositif prévu pour les quartiers sortant du Contrat Urbain de Cohésion Sociale (CUCS), qui entreront dans des quartiers dits de « veille active » qui garantissent certains dispositifs (adultes relais, réussite éducative et Ateliers Socio Linguistique).

Au-delà des négociations qui continuent d’ailleurs entre la ville et l’Etat sur le contrat de ville, qui devra être adopté par notre assemble en début d’année, le budget 2015 est l’occasion pour la ville de réaffirmer son attachement à une politique de la ville ambitieuse.

C’est le sens du vœu que nous avons déposé pour rappeler que dans le cadre d’un budget 2015 contraint, la ville de Paris et l’ensemble de ses directions, sanctuarise ses financements en direction des quartiers populaires.

C’est tout le sens du travail engagé pour le renforcement des moyens de droits commun dans les quartiers populaires.

Cela a déjà été dit, et je connais l’engagement des uns et des autres sur cette question, mais nous souhaitions le réaffirmer le plus clairement possible, et ce notamment parce que, nous le savons, c’est un gage de sérénité pour nos partenaires associatifs.

Leur confiance en notre soutien, et leur capacité à envisager l’avenir est l’une des clés de la réussite des actions menées avec et pour les parisiens dans les quartiers populaires. C’est pourquoi nous tenons à affirmer aujourd’hui avec vous cet engagement : la ville de Paris sanctuarise ses subventions dans les quartiers populaires.

Je vous remercie.

Publié le

16 décembre 2014

Auteur-e-s