Rechercher sur le site

Budget 2016 : petite enfance, éducation et jeunesse

Face aux inégalités sociales de plus en plus fortes, maintenir une ambition forte sur l’enfance et la jeunesse est une nécessité. Pour préparer l’avenir, il est important que les moyens en faveur des jeunes générations soient maintenus et renforcés. C’est pourquoi nous soutenons ce volet de l’action de la municipalité, en restant à la fois vigilants la pérennité de ces moyens, et très critiques sur les contraintes imposées par le gouvernement.

Retrouvez l’intervention d’Emmanuelle Becker.

Madame la Maire,
Parce que la France est de plus en plus inégalitaire, maintenir des moyens et des projets pour des sujets aussi cruciaux que l’enfance et la jeunesse est une réelle nécessité. Notre collectivité joue un rôle majeur pour accompagner ces jeunes générations de parisiennes et de parisiens, et veiller autant que possible à leur garantir des conditions de vie meilleures. C’est une belle, et à la fois lourde responsabilité, pour laquelle nous devons faire preuve d’ambition.

L’enjeu des politiques en faveur des jeunes générations est double. Nous préparons l’avenir de notre ville et d’une partie de notre pays, et nous réduisons à notre échelle une partie des inégalités, pour contribuer à l’avènement d’une société plus juste. C’est pourquoi, en ce qui concerne les volets enfance et jeunesse du budget 2016, nous sommes dans l’ensemble satisfaits qu’une forte ambition soit maintenue.

Tout d’abord, nous nous réjouissons que notre demande sur la création de postes supplémentaires pour la petite enfance ait été entendue. Ces recrutements vont aider à améliorer la qualité d’un service public très important à Paris, positive pour les enfants qui seront mieux encadrés comme pour les agents qui y verront une amélioration de leurs conditions de travail.

Ensuite, Le budget des affaires scolaires est en légère augmentation. Du côté des investissements en faveur de la construction et de la rénovation des bâtiments, la ville continue sur sa lancée. Nous saluons à ce titre, d’ailleurs, le travail de rééquilibrage en faveur des quartiers populaires du plan d’investissement de la mandature, qui comprend, bien entendu, un volet sur les nouvelles écoles et collèges.

Si aucun territoire de notre ville n’est oublié, il est important que ces quartiers, qui furent le second choix de la politique parisienne pendant de nombreuses années, bénéficient d’un effort d’investissement supplémentaire pour arriver au niveau de ceux qui ont été mieux servis lorsque la ville était géré par la droite. Cela relève de la justice sociale, et nous soutenons ce plan audacieux.

En ce qui concerne le fonctionnement, notre message est le même. Si au niveau national, les moyens ne sont pas au rendez-vous, notre ville prend ses responsabilités. Elle ne comblera pas l’ensemble des manques occasionnés par l’État, mais manifeste une volonté forte de donner des moyens à l’école.

Elle fait beaucoup, donc, mais elle doit encore faire plus. La politique de déprécarisation des animateurs des ateliers périscolaires se poursuit, et ce mouvement devra également concerner les vacataires qui le souhaitent. La professionnalisation des animateurs est également une bonne chose, mais nous pensons que cette responsabilité doit à terme revenir à l’État.

Si la mission d’information et d’évaluation sur le périscolaire est encore en cours et que ses conclusions ne sont pas encore rendues, on peut tout de même dire que le métier d’animateur est un vrai métier, une profession à responsabilité qui ne s’apprend pas en deux jours. Paris a essuyé les plâtres d’une reforme mal conçue et a connu en premier les difficultés de sa mise en place. Paris peut avoir, non sans difficulté, les moyens d’atténuer ces mauvais aspects, mais toutes les communes n’ont pas les mêmes moyens que notre Ville. Une réponse nationale aux problèmes de cette réforme, qui se cumulent un peu partout en France, sera indispensable.

Pour terminer sur l’école, nous souhaitons également renforcer deux aspects. Le premier, c’est le renforcement d’actions collégiens, dans la foulée de ce que nous avons demandé lors du budget supplémentaire. Les temps sombres que nous traversons montre que nous devons redoubler d’efforts contre les phénomènes d’isolement et de repli, quels qu’ils soient. La lutte contre le décrochage scolaire est élément majeur pour y faire face. Le deuxième, c’est la demande de revenir sur les économies faites dans les transports scolaires et sur les nombreux dysfonctionnements qu’ils ont causés.

Chers collègues, j’en terminerai par la politique jeunesse. Elle s’arme d’un nouvel outil, avec cette nouvelle version du contrat pour l’autonomie des jeunes, qui regroupe un ensemble de mesures pour améliorer les conditions de vie des 15 - 30 ans. Sa conception, auquel j’ai eu l’honneur de participer, s’est faite dans une démarche de terrain, en prenant compte des attentes et des besoins des jeunes.

Cependant, les inquiétudes des agents et élus des secteurs jeunesse parisiens sur les moyens mis à la disposition pour la mise en œuvre de ce plan restent légitimes. Ceux-ci doivent être pérennes, tant au niveau humain que financier, si l’on veut que cette politique jeunesse, politique de terrain par essence, puisse s’exercer dans de bonnes conditions.

Cela vaut également pour les équipements : Refondre en un seul type d’établissement jeunesse peut répondre davantage aux enjeux des territoires. Mais ce regroupement doit s’accompagner de moyens conséquents, et ne doit être synonyme de restructuration des personnels.

Parce que nous soutenons la ville dans son combat contre les inégalités, et que nous voulons donner aux générations futures les moyens de jouer un rôle choisi, et non subi, dans notre société, nous soutiendrons avec vigilance la partie enfance et jeunesse de ce budget 2016, qui témoigne d’un réel engagement.

Je vous remercie.

Retrouvez l’amendement pour le développement du dispositif "Action Collégien"

Retrouvez l’amendement sur les transports scolaires

Retrouvez l’amendement pour la création de postes dans les crèches municipales

Publié le

18 décembre 2015

Auteur-e-s