Rechercher sur le site

Grève des salarié.e.s de Smovengo : nouvel épisode du triste feuilleton Velib’

Les représentant·e·s de Smovengo et du syndicat mixte Autolib’ Vélib’ étaient invités ce matin à faire un point d’étape sur le déploiement du service devant les élu·e·s parisien·ne·s. Il apparait que sur les 1000 stations parisiennes, seulement 569 sont en fonctionnement dont moins de 300 sont électrifiées. Ce retard de déploiement est insupportable car il met en cause la continuité du service public Velib’ et la confiance que les Parisien·ne·s lui portaient.

Il convient d’y ajouter le mouvement social entamé le 17 avril par les salarié·e·s de Smovengo. Les grévistes font état de conditions salariales bien moins bonnes que chez Cyclocity, l’ancien prestataire, notamment pour les heures de nuit, qui sont aujourd’hui majorées de 10 % alors qu’elles l’étaient de 45 % avec Cyclocity. Il en va de même pour la rémunération des jours de travail le week-end et les jours fériés, et pour les plannings qui épuisent les salarié·e·s.

Tous ces points noirs, nous les avions dénoncés dès que nous avions appris le résultat de l’appel d’offre. Il apparaît clairement que c’est le choix du moins disant social qui a présidé à l’attribution du marché. Aujourd’hui, il est urgent de mettre un terme à cette situation de crise, en commençant par ouvrir des négociations avec les salarié·e·s sur l’ensemble de leurs revendications. Le Groupe communiste refuse que le déploiement de Velib’ 2 se fasse au détriment de celles et ceux qui travaillent chaque jour pour la satisfaction des besoins de déplacement des Parisien·ne·s.

Publié le

25 avril 2018

Auteur-e-s