Rechercher sur le site

Fermeture de bureaux de poste : non à la rupture d’égalité devant le service public

La Commission Départementale de Présence Postale Territoriale (CDPPT) de Paris s’est réunie cette semaine. À cette occasion la direction régionale de la Poste a présenté les orientations du contrat national de présence postale adopté en début d’année.

L’occasion pour moi, en tant que Président de la CDPPT, de rappeler mon opposition à ce nouveau contrat qui réduit la concertation avec les élu-e-s locaux et acte la poursuite du sous-financement de la présence postale territoriale. Ce contrat entérine le principe de la comptabilisation des « bureaux de poste » et « relais-poste » implanté chez des commerçants comme points de contact de la Poste. Or, il est important de distinguer très clairement ces différents format de présence postale car l’offre de service chez les commerçants est bien moins complète et de qualité que dans un bureau de poste de plein exercice.

Par ailleurs, j’ai protesté contre la fermeture des bureaux de poste à Paris et particulièrement contre celles qui sont prévues dans les quartiers populaires de la capitale. Deux de ces bureaux ont déjà fermé (Tristan Tzara dans le 18e et Plaisance dans le 14e), un troisième doit l’être dans les semaines à venir (Curial dans le 19e). La Poste prévoit de remplacer ces bureaux par des « relais poste » installés chez des commerçants. Mais dans ces cas-là, les activités de banque sociale ne peuvent plus être offertes aux usagers et l’ensemble des prestations (retrait colis ou courrier en recommandé) ne sont pas proposées. Ces fermetures de bureaux constituent une véritable rupture d’égalité entre les habitants des quartiers populaires et ceux des autres quartiers de Paris.

À l’issue de cette CDPPT, plusieurs décisions ont été prises. D’abord celle de contester officiellement, la norme d’accessibilité au service postal universel qui oblige la Poste à ouvrir un bureau de poste par tranche de 20 000 habitants. Les élu-e-s de tout bords ont critiqué cette norme nationale qui n’a que peu de sens dans le contexte parisien où chaque jour des milliers d’usagers de la Poste sont des salariés vivant en banlieue ou des touristes.
Aussi, la direction prévoyait de fermer le bureau de poste Curial puis d’en ouvrir un nouveau dans le quartier Mac Donald. La CDPPT a obtenu qu’une expérimentation soit menée suite à la fermeture de Curial et qu’en fonction de la réussite ou non de cette nouvelle organisation, le bureau de Curial puisse rouvrir ses portes. Enfin, la CDPPT demandera l’organisation d’un débat en Conseil de Paris sur la présence postale à Paris.

Les élu-e-s communistes-Front de Gauche resteront mobilisés aux côtés des agents et des usagers pour protester contre tous les projets de fermeture. Le 15 mars prochain, ils seront présents à 11h devant le bureau de poste Curial au 218 rue de Crimée (19e) aux côtés du collectif-poste de la convergence des services publics. Le même jour à 15h, ils seront aux côtés des élu-e-s, usager-es et agent-es de la poste du Val de Marne qui appelle au rassemblement devant le Ministère de l’Économie et des Finances.

Publié le

9 mars 2017

Auteur-e-s