Rechercher sur le site

Avenir du périphérique : logistique propre et transports en commun

Le groupe PCF FG se félicite du rapport de la MIE sur l’avenir du périphérique parisien. La plupart de nos préconisations ont été retenues, particulièrement la mise en place d’ici 2030 d’une instance publique de régulation et de mutualisation en vue d’optimiser les systèmes logistiques du dernier kilomètre en véhicules propre à Paris et en petite couronne.

Nous restons réservés sur la limitation de la vitesse à 50km/h sur le périphérique parisien même si nous n’y sommes pas opposés. L’urgence est ailleurs. L’urgence c’est le développement du FRET ferroviaire et fluvial, la gratuité des transports et la création de nouvelles lignes de métro.

Le tramway T3 est saturé, la ligne 14 prolongée sera encore saturée, la ligne 15 Sud sera probablement saturée dès que la ligne 15 sera bouclée autour de Paris. Il y a urgence à lancer dès maintenant les études pour construire une nouvelle ligne de métro à grande capacité autour de Paris, plus proche de Paris que la ligne 15. La première phase devra être construite au sud, là où les réseaux sont les plus saturés. Ce n’est qu’avec cette ligne que l’on pourra désaturer les réseaux existants et réduire de façon importante la capacité du périphérique.

Après 2030, nous pensons qu’il faut garantir sur le long terme la destination du périphérique comme infrastructure de transport non polluant. Il est nécessaire de limiter les constructions pour préserver le potentiel de grand paysage urbain qu’offre le périphérique et tisser le lien avec les communes riveraines (agriculture urbaine, jardins ouvriers, activités sportives et culturelles etc…).

Nous souhaitons par-là répondre aux enjeux principaux de l’avenir du périphérique à savoir la réduction des pollutions et la résorption des fractures entre Paris et sa banlieue. Rien ne pourra se décider sur le long terme sans l’implication des populations et des collectivités riveraines.