Rechercher sur le site

Accélérer la transition énergétique

La transition écologique n’est pas une option qui s’offre à nous, mais une nécessité pour répondre aux enjeux climatiques comme pour la qualité de vie et la santé des Parisien-ne-s. Depuis 2001, la municipalité a engagé des politiques inédites dans notre ville. Il est cependant nécessaire de fixer des priorités ambitieuses pour la prochaine mandature. L’urgence est de rompre avec le tout-pétrole et le tout-CO2. Cela implique notamment la mise en œuvre d’un plan de réduction de l’usage du pétrole et du gaz au profit d’une plus grande part d’électricité car l’électricité française est la plus décarbonnée d’Europe. Nous proposons ainsi :

(38) D’accélérer la rénovation thermique des logements du parc résidentiel et du parc social à Paris en portant à 30% l’objectif de réduction de la consommation énergétique de ces logements. La facture énergétique des Parisiens en sera réduite et un grand nombre d’entre-eux pourront ainsi échapper à une situation de précarité énergétique.

(39) De promouvoir les énergies renouvelables les plus efficaces : les systèmes de production de chaleur renouvelable. Il s’agit notamment de la géothermie basse température, de la récupération de la chaleur de la Seine ou des eaux usées couplé à des pompes à chaleurs, de chauffe-eau solaires, du remplacement des chaudière à gaz par des pompes à chaleur air-air, des réseaux de chaleur avec chaudière collective.

(40) De développer davantage le partage des véhicules, à l’image de ce qui se pratique dans d’autres villes d’Europe comme Berlin. Il s’agit ainsi de développer des solutions avantageuses pour tous ceux qui choisiront ce type de déplacements : stationnement facilité et moins onéreux sur le modèle de San Francisco qui a dédié des places de parking réservées aux conducteurs partageant leur voitures ou encore des aides à l’achat et à la révision des véhicules.

(41) D’interdire la circulation dans Paris des 4x4 et grosses cylindrées – émetteurs importants de CO2. Nous proposons de créer une gestion municipale intégrée des plus de 300 000 places de stationnements des acteurs publics (stationnement de surface, parcs publics, parcs de stationnements des bailleurs sociaux), qui permettra d’exclure du stationnement résidentiel les 4x4 et des grosses cylindrées, et tous les véhicules diesels neufs achetés à partir de la mi-2014. Nous voulons également développer une offre de stationnement spécifique pour les deux-roues.

(42) D’agir résolument en faveur d’une dépollution de nos transports en communs. Aujourd’hui, le métro demeure un environnement soumis à des pollutions diverses. Il n’y a pas de gaz d’échappement mais les polluants présents s’avèrent presque aussi dangereux pour la santé, notamment des plus jeunes. Un grand plan de dépollution est à mettre sur pied dès 2014.

(43) D’étendre les ressourceries et recyclerie dans chacun des vingt arrondissements. Dans ces espaces, les Parisiennes et Parisiens pourront venir déposer leurs objets dont ils veulent se séparer – électroménagers, meubles, livres, textiles, vaisselle. S’ils sont encore en état de marche ou réparables, ces objets pourront être réemployés, dans le cas contraire ils seront orientés vers les filières de recyclage ou élimination.

(44) De modifier le Règlement Local de Publicité afin de mieux affirmer la neutralité de l’espace public. Aujourd’hui, ce sont plus de 3000 messages publicitaires que nous subissons au quotidien. Il s’agit de mieux prendre en compte les nouvelles technologies, et de s’opposer, par exemple, aux publicités interactives dans le métro parisien. De manière générale, l’espace public est saturé de contenus et de messages parfois douteux ou ambigus, qui polluent notre tranquillité et notre environnement.

Publié le

23 mai 2014