Rechercher sur le site

A Château Rouge comme sur les Champs Elysées, la propreté doit être la même

Didier le Reste plaide pour la remunicipalisation de la collecte des déchets dans les 10 arrondissements dans lesquels elle est confiée au privé, et pour le retour à un cycle unique de collecte.

Retrouvez son intervention...

Madame la Maire, mes cher-es collègues,

Comme très souvent, les élu-e-s du Groupe communiste souhaitent intervenir sur les questions de défense et de développement du service public. Aujourd’hui je vais donc de nouveau plaider pour la remunicipalisation de la collecte des déchets dans les 10 arrondissements où elle est confiée à un prestataire privé.

D’aucuns pensent certainement, je veux parler des représentants de la nouvelle droite, du nouveau monde, que c’est là un faux débat car pour eux, la modernité c’est le privé, l’efficacité économique c’est le privé. Le temps du service public serait dépassé.

Et pourtant, dans la MIE sur la propreté conduite par Madame Berthout et Monsieur Lejoindre, il apparaît que la tonne d’ordures ramassée par le public coûte 15 € de moins que le même volume ramassé par le privé. L’argument économique est imparable. Le privé nous coûte plus cher que le public ! Il nous coûte plus cher sur un plan financier, mais il nous coûte plus cher aussi au niveau social. Il est intolérable que les métiers de la collecte, deviennent une manne financière pour de grands groupes qui profitent de bas salaires pour faire d’importantes marges et bénéfices. C’est d’autant plus insupportable que c’est la collectivité publique qui finit par financer ces marges et bénéfices.

Alors soyons courageux, soyons ambitieux pour Paris, exigeons que le service public de collecte des déchets soit effectué par le service public. Nous avons eu le courage de reprendre en régie le service public de l’eau. Personne ne peut aujourd’hui contester le succès d’Eau de Paris, tant du point de vue de son prix que de celui de la satisfaction des consommateurs ou de l’exigence environnementale. Faisons la même chose pour le service de collecte des déchets. Les marchés arrivent à échéance en 2019, il est temps de changer de modèle pour les reprendre en régie.

Ce retour à un acteur unique aux manettes de la collecte permettra de résoudre un autre problème qui a été soulevé par la conférence citoyenne sur un Paris plus propre. Il s’agit d’agir pour que toutes les parisiennes et tous les parisiens aient un accès égal à la propreté. Pour nous, par exemple, les habitants et habitantes de Château-Rouge ont le même besoin de propreté que les touristes qui déambulent sur les Champs Élysées.

Nous devons faire un état des lieux des moyens alloués à la propreté dans les différents quartiers de Paris et les confronter pour aboutir à une réelle égalité de traitement entre les différents quartiers de Paris, qu’ils soient populaires ou touristiques.

Nous proposons une autre solution pour améliorer la propreté à Paris. Sous couvert d’optimisation, la collecte des déchets recouvre aujourd’hui un enchevêtrement de plans de ramassage, d’horaires de collecte. On s’y perd. Les gardiens et les agents d’entretien d’immeubles, les habitants et les habitantes ne savent plus quand ils doivent sortir les poubelles dans la rue en vue de leur ramassage. Il y a donc des poubelles sorties le matin, d’autres le soir, des poubelles à toute heure dans les rues de Paris, des bennes qui circulent du matin au soir pour les ramasser. Cela augmente le sentiment de qu’il y a un vrai et constant problème de propreté.

Pour y remédier, nous proposons de retourner à un cycle unique de collecte, tôt le matin, dans tous les arrondissements. Cela permettra de commencer la journée par un véritable coup de propre dans la ville. À 8 heures, toutes les poubelles seront ramassées. Il n’y aura plus de benne circulant dans la ville et créant des embouteillages, les agent-e-s seront alors disponibles pour poursuivre leur journée avec le nettoyage de surface.

Nous vous proposons ici des solutions gagnant-gagnant pour la propreté à Paris : un service de collecte entièrement municipal, qui coute moins cher économiquement et socialement ; un grand coup de propre le matin qui permet à la ville et à tous ses quartiers, populaires et touristiques, de bénéficier du même résultat en termes de propreté.

Je vous remercie

Publié le

7 février 2018

Auteur-e-s